NEWS
LinuxCNC 2.5.4 Release
There are no translations available.

LinuxCNC 2.5.4 Update Released (changelog).
 
LinuxCNC 2.5.3 Release
There are no translations available.

LinuxCNC 2.5.3 Update Released (changelog).
 
LinuxCNC 2.5.2 Release
There are no translations available.

LinuxCNC 2.5.2 Update Released (changelog).
 
Quel format de documentation préférez-vous ?
 
Home Documentation

LinuxCNC - Une courte page d'histoire

Les ancêtres de LinuxCNC - Une courte page d'histoire

 

EMC (the Enhanced Machine Controller) a été créé par NIST, the National Institute of Standards and Technology, une agence du département du commerce du gouvernement des États Unis.

NIST voulait en premier lieu écrire un module de contrôle de mouvement qui devait servir comme plateforme de test pour les concepts et les standards. Grâce au sponsoring de General Motors, une première adaptation de EMC vit le jour utilisant PMAC système intelligent de contrôle de mouvement fonctionnant sous une version “temps réel“ de Windows NT et servant à contrôler une grande fraiseuse.
Comme pour tout “produit de travail“ des employés du gouvernement fédéral américain, le logiciel résultant ainsi que les rapports le concernant doivent être placés dans le domaine public ce qui fut le cas, notamment sur Internet. C'est là que Matt Shaver découvre EMC. Il contacta le NIST et entra en discussion avec Fred Proctor sur la possibilité d'adapter le code pour que le logiciel puisse être commandé par du matériel moins onéreux et puisse être mis à jour, envisager le remplacement de controleurs CNC obsolètes, voir même hors d'état. Les gens du NIST furent intéressés, étant donné qu'ils voulaient eux aussi quelque chose de moins cher. Un accord fut trouvé, qui garantissait que le code source ainsi que l'architecture restent dans le domaine public et la coopération commença.
Les premières considérations se focalisèrent sur le remplacement du cher et capricieux système “temps réel“ Windows NT. Une extension temps réel relativement nouvelle (à l'époque) du système d'exploitation Linux fut proposée. Cette idée a été adaptée avec succès. Ce fut après le tour du système intelligent de contrôle de mouvement. En ces temps, la capacité de calcul des PC était considérée comme suffisante pour pouvoir contrôler directement le déplacement. Une recherche rapide sur le matériel disponible abouti à la sélection de l'interface Servo-To-Go comme première plateforme permettant le contrôle direct des moteurs à travers le PC. Le logiciel pour la planification de la trajectoire, l'asservissement PID et un interpréteur RS274 furent ajoutés dans la foulée. Matt réussi à remplacer le contrôleur non fonctionnel de certaines machines avec cette version de EMC, ce qui attira l'attention du monde extérieur. EMC fut ainsi adopté très tôt par Jon Elson building systems après quelques mentions autour d'EMC sur le groupe de discussion USENET Rec.Crafts.Metalworking.
NIST mit en place une liste de discussion pour les gens intéressés par EMC. Avec le temps, d'autres personnes extérieures au NIST montrèrent leur intérêt pour améliorer EMC. Beaucoup ont demandé des améliorations du code ou ont contribué à leur mise en place. Ray Henry voulait améliorer l'interface graphique. Comme Ray était plutôt réticent à l'idée de coder en C, language dans lequel l'interface d'EMC était écrite, une méthode plus simple fut trouvée. Fred Proctor du NIST suggéra un langage de script et écrit le code qui se chargeait d'interfacer ces scripts avec Tcl/Tk et les communications internes d'EMC à travers NML. Avec cet outil en main, Ray se chargea de mettre en place l'interface graphique, en Tcl/Tk, qui est aujourd'hui prédominante avec EMC.
Entre temps l'intérêt pour EMC montait en flèche. Avec de plus en plus de gens essayant d'installer EMC, la difficulté rencontrée pour patcher le noyau Linux avec l'extension temps réel ainsi que la compilation du code source d'EMC devenait évidente. Plusieurs tentatives pour documenter le processus et écrire des scripts furent tentées, avec un certain succès. Mais le problème de faire correspondre la version du patch et du compilateur avec la version selectionnée de Linux restait. C'est là que Paul Corner arriva pour sauver la situation avec le BDI (brain dead install) qui était un CD à partir duquel un système fonctionnel complet (Linux, patches et EMC) pouvait être installé. Le CD de Paul évolua pour devenir un disque amorçable pouvant être utilisé pour tester EMC sans aucun changement au contenu du disque dur de la machine hôte. Une fois que l'utilisateur s'est décidé à avoir un système EMC permanent, le même CD servait à installer un environnement EMC/Linux complet. C'est ainsi que le système BDI ouvrit les portes d'EMC à un plus large public. Avec une communauté de plus en plus large, la liste de diffusion ainsi que l'archive du code furent transférés sur SourceForge et le site Web LinuxCNC fut créé.
Avec une communauté d'utilisateurs actifs grandissante, EMC est devenu un centre d'attraction lors de l'exposition CNC au NAMES et NAMES est devenu le meeting annuel pour les évenements tournants autour d'EMC. En 2003, la communauté d'utilisateurs d'EMC annonça sa première réunion publique.Elle se déroula le lundi après NAMES dans le hall même ou se déroula NAMES. L'organisation n'était pas au point, mais l'idée d'une couche d'abstraction matérielle (HAL) naquit et il y fut proposé de restructurer le code source pour augmenter sa facilité de développement (EMC2).

En été 2011, la direction de LinuxCNC a été contactée par un cabinet d'avocats représentant la firme EMC Corporation (www.emc.com) à propos de l'usage de "EMC" et de "EMC2" pour identifier le logiciel offert par Linuxcnc.org. EMC Corporation a enregistré les marques relatives à EMC et EMC² (EMC avec l'exposant deux).

Après un certain nombre de conversations avec les représentants de EMC Corporation, le résultat final est le suivant, dès la prochaine version majeure du logiciel, linuxcnc.org va cesser d'identifier le logiciel en utilisant "emc" ou "EMC", ou ces termes suivis de chiffres. Dans la mesure où la direction de LinuxCNC contrôle les noms utilisés pour identifier le logiciel proposé par linuxcnc.org, la direction a accepté cette proposition.

Par conséquent, il était nécessaire de choisir un nouveau nom. Parmi les options que la direction à examiné, il y avait un consensus pour trouver que "LinuxCNC" était la meilleure option, car c'est le nom de nôtre site Web depuis des années.

En préparation pour le nouveau nom, nous avons reçu une sous-license de LINUX® trademark from the Linux Foundation (www.linuxfoundation.org), nous protégeant pour l'emploi du nom LinuxCNC. (LINUX® is the registered trademark of Linus Torvalds in the U.S. and other countries.)

Le changement de marque comprendra le site Web, les canaux IRC le logiciel et la documentation à partir de la version 2.5.0.

Le travail de changement de marque a commencé.

Un papier écrit par le NIST sur l'historique d'EMC et sa transition vers l'Open Source (en).

 

Mise à jour le Samedi, 24 Mai 2008 01:00  
© 2014 LinuxCNC.org
Joomla! is Free Software released under the GNU General Public License.